EXPOSITION

Les œuvres de GUSTAVE MIKLOS (1888-1967) étant rarissimes, les occasions de les voir dans les expositions sont exceptionnelles.

La galerie Fata Libelli, dirigée par Danuta Cichocka, après avoir édité la monographie de Miklos, à réuni un ensemble de pièces de cet artiste, jamais vues, créées tout au long de sa riche et prolifique carrière.

Allant de projets de sculptures et d'objets décoratifs, à des meubles et gouaches, de plâtres d'atelier à, bien évidemment, des illustrations destinées aux "livres du futur" auxquels il contribua comme nègre, c'est toute une production appartenant au courant moderniste du XXe siècle qui est rassemblée ici.

S'y révèle la synthèse des expériences personnelles de cet artiste, nourri par le mouvement artistique viennois, tombé dans le chaudron du cubisme avant la Grande Guerre et ayant succombé devant la perfection de l'architecture grecque et les recherches d'effets de Byzance, et qui donna naissance au style unique appelé, depuis l'Exposition de 1925, Art Déco – dont il doit être considéré comme un pionnier.

De longues recherches et analyses ont été nécessaires pour établir la première étude complète sur l'artiste, accompagnée des catalogues raisonnés de ses œuvres dans plusieurs disciplines. Un travail qui bouleverse quelque peu le marché de l'art, en révélant l'importante contribution anonyme de Miklos aux œuvres les plus emblématiques de l'Art Déco français signées par d'autres, et aussi les pillages et contrefaçons dont ses propres œuvres furent victimes.